Van ellende edel. Bijlage III ~ Corbières besproken gedichten (hoofdstuk 7.4.2)

No Comments yet

omslag_slau_zwart.inddParis nocturne [i]

Ce n’est pas une ville, c’est un monde.

— C’est la mer: — calme plat — et la grande marée,
Avec un grondement lointain, s’est retirée.
Le flot va revenir, se roulant dans son bruit —
— Entendez-vous gratter les crabes de la nuit …

5 — C’est le Styx asséché : Le chiffonnier Diogène,
Sa lanterne à la main, s’en vient errer sans gêne.
Le long du ruisseau noir, les poëtes pervers
Pêchent ; leur crâne creux leur sert de boîte à vers.

— C’est le champ : Pour glaner les impures charpies
10 S’abat le vol tournant des hideuses harpies.
Le lapin de gouttière, à l’affût des rongeurs,
Fuit les fils de Bondy, nocturnes vendangeurs.

— C’est la mort : La police gît — En haut, l’amour
Fait la sieste en têtant la viande d’un bras lourd,

15 Où le baiser éteint laisse sa plaque rouge …
L’heure est seule — Écoutez : … pas un rêve ne bouge

— C’est la vie : Écoutez : la source vive chante
L’éternelle chanson, sur la tête gluante
D’un dieu marin tirant ses membres nus et verts
20 Sur le lit de la morgue … Et les yeux grand’ouverts !

Mirliton

Dors d’amour, méchant ferreur de cigales !
Dans le chiendent qui te couvrira
La cigale aussi pour toi chantera,
Joyeuse, avec ses petites cymbales.

5 La rosée aura des pleurs matinales ;
Et le muguet blanc fait un joli drap …
Dors d’amour, méchant ferreur de cigales.
Pleureuses en troupeau passeront les rafales …

La Muse camarde ici posera,
10 Sur ta bouche noire encore elle aura
Ces rimes qui vont aux moelles des pâles …
Dors d’amour, méchant ferreur de cigales.

NOOT
[i] Bron: Corbière 1970: 826, 833, 834, 850 en 888

Bambine

Tu dors sous les panais, capitaine Bambine
Du remorqueur havrais l’Aimable Proserpine,
Qui, vingt-huit ans, fis voir au Parisien béant,
Pour vingt sous: L’OCÉAN ! L’OCÉAN !! L’OCÉAN !!!

5 Train de plaisir au large. — On double la jetée —
En rade: y a-z-un peu d’gomme … — Une mer démontée —
Et la cargaison râle : — Ah ! commandant ! assez !
Assez, pour notre argent, de tempête ! cessez! —

Bambine ne dit mot. Un bon coup de mer passe
10 Sur les infortunés : — Ah, capitaine ! grâce ! …
— C’est bon … si ces messieurs et dam’s ont leur content ? …
C’est pas pour mon plaisir, moi, v’s’êtes mon chargement :
Pare à virer … —

Malheur ! le coquin de navire
Donne en grand sur un banc … — Stoppe ! — Fini de rire …
15 Et talonne à tout rompre, et roule bord sur bord
Balayé par la lame : — À la fin, c’est trop fort ! … —

Et la cargaison rend des cris … rend tout ! rend l’âme.
Bambine fait les cent pas.
Un ange, une femme
Le prend : — C’est ennuyeux ça, conducteur ! cessez !
20 Faites-moi mettre à terre, à la fin ! c’est assez ! —

Bambine l’élongeant d’un long regard austère :
— À terre ! q’vous avez dit ? … vous avez dit : à terre …
À terre ! pas dégoûtaî ! … Moi-z’aussi, foi d’mat’lot,
J’voudrais ben ! … attendu q’si t’-ta-l’heure l’prim’flot
25 Ne soulag’ pas la coque : vous et moi, mes princesses
J’bêrons ben, sauf respect, la lavure éd’nos fesses ! —

Il reprit ses cent pas, tout à fait mal bordé :
— À terre ! … j’crâis f… tre ben ! Les femm’s ! … pas dégoûté !

(Havre-de-Grâce. La Hève. — Août.)

Cap’taine Ledoux

À LA BONNE RELÂCHE DES CABOTEURS
VEUVE-CAP’TAINE GALMICHE
CHAUDIÈRE POUR LES MARINS — COOK-HOUSE
BRANDY — LIQOEUR
— POULIAGE —

Tiens, c’est l’cap’tain’ Ledoux ! … et quel bon vent vous pousse ?
— Un bon frais, m’am’ Galmiche, à fair’plier mon pouce :
R’lâchés en avarie, en rade, avec mon lougre …
— Auguss’ ! on se hiss’ pas comm’ ça desur les g’noux
5 Des cap’tain’s ! … — Eh, laissez, l’chérubin ! c’est à vous ?
— Mon portrait craché hein ? … — Ah …

Ah! l’vilain p’tit bougre.

(Saint-Mâlo-de-l’Isle)

Aurora

Appareillage d’un brick corsaire

Quand l’on fut toujours vertueux
L’on aime à voir lever l’aurore…

Cent vingt corsairiens, gens de corde et de sac,
À bord de la Mary-Gratis, ont mis leur sac.
— Il est temps, les enfants ! on a roulé sa bosse …
Hisse ! — C’est le grand-foc qui va payer la noce.
5 Étarque ! — Leur argent les fasse tous cocus ! …
La drisse du grand-foc leur rendra leurs écus …
— Hisse hoé ! … C’est pas tant le gendarm’ qué jé r’grette !
— Hisse hoà ! … C’est pas ça ! Naviguons, ma brunette !

Va donc Mary-Gratis, brick écumeur d’Anglais !
10 Vire à pic et dérape ! … — Un coquin de vent frais
Largue, en vrai matelot, les voiles de l’aurore ;
L’écho des cabarets de terre beugle encore …
Eux répondent en choeur, perchés dans les huniers,
Comme des colibris au haut des cocotiers :
15 « Jusqu’au revoir, la belle,
« Bientôt nous reviendrons … »

Ils ont bien passé là quatre nuits de liesse,
Moitié sous le comptoir et moitié sur l’hôtesse …
« … Tâchez d’être fidèle,
20 « Nous serons bons garçons … »

— Évente les huniers ! … C’est pas ça qué jé r’grette
— Brasse et borde partout ! … Naviguons, ma brunette !
Adieu, séjour de guigne ! … Et roule, et cours bon bord …
Va, la Mary-Gratis ! — au nord-est quart de nord. —

25 … Et la Mary-Gratis, en flibustant l’écume,
Bordant le lit du vent se gîte dans la brume.
Et le grand flot du large en sursaut réveillé
À terre va bâiller, s’étirant sur le roc :
Roul’ ta bosse, tout est payé
30 Hiss’ le grand foc !

…………………………………

Ils cinglent déjà loin. Et, couvrant leur sillage,
La houle qui roulait leur chanson sur la plage
Murmure sourdement, revenant sur ses pas :
— Tout est payé, la belle ! … ils ne reviendront pas.

image_pdfimage_print
Bookmark and Share

Comments

Leave a Reply





What is 12 + 4 ?
Please leave these two fields as-is:
IMPORTANT! To be able to proceed, you need to solve the following simple math (so we know that you are a human) :-)



Ads by Google

  • About

    Rozenberg Quarterly aims to be a platform for academics, scientists, journalists, authors and artists, in order to offer background information and scholarly reflections that contribute to mutual understanding and dialogue in a seemingly divided world. By offering this platform, the Quarterly wants to be part of the public debate because we believe mutual understanding and the acceptance of diversity are vital conditions for universal progress. Read more...
  • Support

    Rozenberg Quarterly does not receive subsidies or grants of any kind, which is why your financial support in maintaining, expanding and keeping the site running is always welcome. You may donate any amount you wish and all donations go toward maintaining and expanding this website.

    10 euro donation:

    20 euro donation:

    Or donate any amount you like:

    Or:
    ABN AMRO Bank
    Rozenberg Publishers
    IBAN NL65 ABNA 0566 4783 23
    BIC ABNANL2A
    reference: Rozenberg Quarterly

    If you have any questions or would like more information, please see our About page or contact us: info@rozenbergquarterly.com
  • Like us on Facebook

  • Follow us on Twitter


  • Ads by Google
  • Archives